Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 Alpha Hoche, Agence immobilière PARIS 75008

L'actualité de CENTURY 21 Alpha Hoche

Caprice de courtisane sur les Champs-Elysées

Publiée le 27/07/2013

Dix ans de travaux furent nécessaires pour le construire et l’aménager à la demande de la femme qui lui donna son nom, la marquise de la Paiva y Araujo, célèbre aventurière d’origine polonaise, devenue par la suite comtesse prussienne de par son union avec un cousin de Bismarck, époux fort généreux qui dépensa sans compter pour satisfaire sa belle.

Cet hôtel particulier situé sur la plus belle avenue du monde, au 25 de l’avenue des Champs-Elysées, a été conçu et édifié par l’architecte Pierre Manguin. Pour mener à bien sa mission, commencée en  1856 pour s’achever en 1865, celui-ci s’entoure de nombreux artistes qui, réunissant leur talent et leur savoir-faire, font de ce bâtiment hors du commun un témoignage grandiose de cette époque où une simple courtisane pouvait accéder aux fastes de la richesse et satisfaire ainsi ses moindres caprices.

Quelque peu mise au ban de la bonne société parisienne de son temps, la Paiva donna néanmoins en son hôtel des fêtes grandioses, où de retrouvaient de célèbres personnalités tels les Goncourt, Taine ou en encore Théophile Gautier ou Gambetta.

De style néo-renaissance, l’hôtel de la Paiva est inscrit au registre des monuments historiques. Il est remarquable à bien des égards, notamment son sublime escalier en onyx jaune, mais également sa salle de bains mauresque ainsi que l’ensemble de ses sculptures ou peintures.

Après être passé entre plusieurs mains d’heureux propriétaires, il appartient depuis 1903 au Traveler’s Club, un très sélect club privé anglais.

Notre actualité